Foire aux questions

Découvrez les réponses aux questions les plus fréquentes que tout le monde se pose sur l'obésité et les traitements contre l'obésité proposés par le CYOCB.

Est-ce que le suivi est efficace?

Le suivi proposé au CYOCB est efficace. Depuis la création du centre en 2012, plus de 80% des patients pris en charge ont obtenu des résultats satisfaisants à long terme.

Le suivi est minutieux et ne s’arrête jamais. C’est le seul moyen d’obtenir des résultats durables, car la lutte contre l’obésité implique un changement important dans de nombreux aspects de votre vie: comportement alimentaire, activité physique, etc. 

Quelles méthodes sont pratiquées au CYOCB?

Nous avons deux modes de prise en charge: avec ou sans chirurgie.

Il existe deux catégories de traitements chirurgicaux:

  • restriction alimentaire: on réduit le volume de l’estomac pour limiter la quantité d’aliments qui peuvent être consommés (cerclage gastrique, sleeve gastrectomie)
  • mixte, le plus courant: en plus de la restriction, on provoque une malabsorption pour limiter l’assimilation des aliments par l’organisme (by-pass gastrique, mini by-pass)

Le CYOCB a aussi mis au point un programme de traitement sans chirurgie. Il comprend le même accompagnement au changement: rééquilibrage du comportement alimentaire, éducation sportive, thérapie psychologique, etc. Les patients bénéficient eux aussi d’un suivi minutieux.

Est-ce que le CYOCB peut m’aider?

Le CYOCB prend en charge des patients âgés de 18 à 65 ans et dont l’indice de masse corporelle se situe entre 35 et 50. Si vous correspondez à ces critères, le CYOCB peut vous aider. Nos traitements chirurgicaux permettent de lutter efficacement contre l’obésité.

Pour savoir si nos traitements sont adaptés à votre situation, il vous suffit de répondre à notre questionnaire. Ça ne vous prendra que 2 minutes et ça ne vous engage à rien.

Est-ce que je vais perdre du poids?

Après l’opération, vous allez perdre du poids quoi qu’il arrive. À cause de la modification de votre appareil digestif, vous allez manger moins, moins assimiler les aliments, voire les deux. Durant les premiers mois après l’opération, la perte de poids sera importante. Elle va ensuite se stabiliser. Dès ce moment, votre comportement (alimentation, activité physique) sera décisif pour éviter de reprendre une partie du poids que vous aurez perdu.

C’est pour cela que nous avons prévu un suivi minutieux, à vie. Et notre méthode fonctionne bien: depuis la création du CYOCB en 2012, plus de 80% des patients ont obtenu des résultats satisfaisants et durables.

Si vous suivez un traitement sans chirurgie, la perte de poids sera obtenue uniquement grâce aux changements que vous aurez apportés à votre comportement. C’est pour cette raison que vous aurez vous aussi un suivi médical. Tout comme les patients qui ont suivi un traitement chirurgical, sans les aspects liés à l’opération elle-même.

Combien de poids est-ce que je peux perdre?

Il est difficile de prévoir avec précision la perte de poids que vous pouvez attendre. Elle sera influencée par de nombreux facteurs comme votre âge, certains paramètres médicaux ou encore votre comportement après l’opération (alimentation, activité physique). En moyenne, 5 ans après l'opération, les patients du CYOCB ont perdu 70% de leur excès de poids

Quels sont les risques?

Aucune intervention chirurgicale n’est véritablement sans danger. Dans ce type d’opération, le taux de complication est toutefois très faible. Ces complications peuvent être précoces ou tardives. Elles sont toutes expliquées en détail lors du premier cours préparatoire.  

Combien coûtent les traitements? Est-ce que c’est couvert par les assurances?

Le coût des traitements dépend de la technique employée, de la durée de l'intervention et des suites du séjour (accueil en soins intensif ou non, etc.). Si le CYOCB vous déclare éligible pour une opération chirurgicale, elle sera prise en charge par l'assurance de base.

Vous êtes éligible si vous avez entre 18 et 65 ans, si votre IMC se situe entre 35 et 50, et si vous ne présentez aucune contre-indication.

Est-ce qu’on va me juger?

Le personnel du CYOCB ou des eHnv ne va jamais vous juger. En revanche, il est probable que vos collègues, vos proches ou vos connaissances n’aient pas la même retenue. Certains penseront que faire appel à la chirurgie est une solution de facilité et vous le reprocheront, sans savoir ce que vous aurez traversé.

C’est pour toutes ces raisons que le traitement comprend une importante préparation psychologique. Elle vous aidera à vous protéger contre ce genre de réaction.

Est-ce que ma participation à un programme est confidentielle?

La participation à nos programmes de traitement de l’obésité est couverte par le secret médical. Les échanges et les conversations sont confidentiels. 

Comment garantir la confidentialité des séances de groupe?

Le personnel du CYOCB et des eHnv traitera votre situation avec la plus grande confidentialité. Pour le reste, cela engage la responsabilité de chaque participante et participant. Durant les réunions, nos intervenants rappelleront que la confidentialité des échanges est essentielle pour construire un environnement de confiance.

Qui sont les personnes qui vont me prendre en charge?

Le CYOCB est animé par une équipe pluridisciplinaire d’une dizaine de personnes certifiées pour le traitement de l’obésité. L’équipe compte des médecins spécialisés en chirurgie viscérale, en nutrition, en endocrinologie, en diabétologie, en médecine interne, en comportement alimentaire et en psychiatrie. Ces médecins sont assistés de spécialistes en psychologie, en diététique et en éducation sportive.

Quelle activité physique dois-je prévoir?

Dès la préparation, il sera essentiel de bouger. Il faudra continuer à exercer une certaine activité physique après l’opération, afin d’éviter une trop grande perte musculaire et maintenir les résultats du traitement. Dans un premier temps, ce sera de la marche et d’autres activités relativement douces.

Par la suite, le vélo, la course à pied et d’autres activités seront tout à fait envisageables. Il faudra toutefois attendre au minimum un mois après l’opération, pour des raisons chirurgicales.

Combien de temps va durer mon arrêt de travail en cas d’opération?

En tout, il faut prévoir un arrêt de travail d’environ un mois. L’opération elle-même va durer entre 1h et 3h. En principe, votre séjour à l’hôpital ne dépassera pas 4 jours.

Combien de temps dure le traitement?

Les cours de préparation au CYOCB durent 5 à 6 mois. C’est plus long que le minimum exigé par la SMOB, qui est de 3 mois. Ensuite, il faut compter l’opération, le séjour à l’hôpital et la convalescence, qui représentent un mois supplémentaire en tout. Au total, il faut tabler sur une durée de traitement de 6 à 7 mois au minimum.

À quel âge est-ce que je peux me faire opérer?

Pour pouvoir vous faire opérer aux EHNV, vous devez avoir entre 18 ans et 65 ans.

À partir de quel poids est-ce que je peux me faire opérer?

Les traitements chirurgicaux sont des interventions intenses, réservées aux situations d’obésité sévère et morbide. Pour être éligible, votre indice de masse corporelle doit être supérieur à 35 kg/m2. C’est à partir de là que l’obésité peut avoir de graves conséquences pour la santé.

Vous pouvez savoir si la chirurgie est adaptée à votre situation en quelques minutes, en répondant à notre questionnaire.

Je suis en surpoids, mais est-ce que je suis obèse?

Dans le langage courant, le mot «obèse» a souvent une connotation négative, voire insultante. Mais l’obésité est seulement une notion médicale, fondée sur l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC représente le rapport entre le poids d’une personne et sa taille.

  • Si l’IMC est inférieur à 18.5, la personne est trop maigre
  • Si l’IMC se situe entre 18.5 et 25, la personne a un poids normal
  • Au-delà de 25, on parle de surpoids
  • Au-delà de 30, on parle d’obésité
  • Au-delà de 35, on parle d’obésité sévère
  • Au-delà de 40, on parle d’obésité morbide


Le CYOCB prend en charge les personnes dont l’IMC dépasse 35, car c’est à partir de là que l’obésité peut avoir de graves conséquences pour la santé.

Découvrez Hmag, le magazine édité par les eHnv